Fragments poétiques du 05 Octobre: 19H


Tu lis, j'écoute, nous écrivons.Ecrire à Marseille



atelier d'écriture marseille 




Entre poésie, poème, slam et rap, quelles différences existe-t-il
réellement? Selon R. Jakobson, la poésie, tout en n'étant pas le seul domaine où le symbolisme des sons fasse sentir celui des effets, reste  le centre névralgique, où le lien entre son et sens, de latent, devient patent, et se manifeste de la manière la plus palpable et la plus intense. [R. Jakobson 1963, Essais de ling. gén., p.241.]

Tous ces versants de notre
si bel art, reposent à mon sens sur les mêmes règles d’écriture.( rimes, paronymies, métaphores, litanies, échos régularisés, etc...)
Seulement,
quand l’on s’intéresse de près, aux processus prosodiques à l’œuvre, un
poème, peut n’être que le texte, lui-même, sans que n’en soit activée, toute sa charge prosodique. (syntaxe qui s’articule et se désarticule sur le martèlement de la mélodie.)

Le slam, petit frère rebelle du rap, diffèrerait de ce dernier en ceci que les rimes n’y sont pas obligatoires. Il suffirait que le slameur, fasse ressortir les sonorités slamantes ( to slam étant claquer) lors de la mise en voix du poème.

Il y a donc dans le slam, comme dans le rap, une démarche incessante de déconstruction / reconstruction du  langage.

Enfin, quand les rimes affluent, et que c’est le flow , lent et / ou rapide, on n' rate pas  le rap ( Rythm and Poetry )

Conclusion : Tout  est poésie.  Le reste, dépend des efforts de diction et de dissection que l'on déploie pour que la parole remplisse son rôle performatif.
C’est bien à tout cela et bien d’autres encore, que sont consacrés nos Fragments Poétiques. Ils survolent d'une part, les bases prosodiques à l’œuvre dans la magie du mot, et d'autre part, explorent les procédés d’auteurs, promeuvent l’écriture décomplexée et instantanée, et illustrent pour ainsi dire, un terrain d’exercices où se côtoient et se peaufinent toutes les formes d'art poétique.



Le corps, l’habiter pour l’écrire
2 jours


écrire le corps

S’il y a la sensation de sécurité ou d’insécurité que génère l’environnement urbain immédiat (le logement, le bureau, la rue), il y a aussi ce tout premier espace situé entre épiderme et conscience, cette enveloppe cachetée, malléable et singulière que l’on habite de notre naissance à notre mort : le corps.

Le corps, quelle perception en avons-nous ? Et quelle  géographie en traçons-nous ? Sa géologie ? Où sont ses fondations ? Jusqu’où s’érige cet édifice et vers quels sommets se tend-il ?
Le corps, quelle relation entretenons-nous avec lui d’un point de vue interne (les ressentis, les émotions) et d’un point de vue externe (l’image du corps) ?

Le corps sera ici appréhendé comme un espace à part entière, un lieu d’habitation à (ré)investir, à explorer, à « restaurer » avec égards, humanisme et dignité.

Il s’agira d’explorer le corps dans différentes situations et postures, et de restituer par les mots et en groupe, sa teneur et sa tenue, son épaisseur et son incarnation, ainsi que son parcours au fil des âges de la vie et sa projection dans l’avenir.

Ainsi, on interrogera le corps sous plusieurs angles :
 

Le corps dans différents environnements du quotidien (le corps dans l’espace, le corps en mouvement, le corps oublié, abandonné, le corps immobile, en attente, en tension)
Le corps et sa mémoire sensorielle : le corps olfactif, gustatif, auditif.

Le corps et sa dimension rêvée : celui/celle que j’aurais voulu être, que je serai demain, dans un an, dans cinq ans…
Le corps mis en présence du corps de l’autre (identité/altérité)

Cet stage propose d'amener les participants à s’interroger sur les notions de corps investi/désinvesti, incarné/désincarné, de corps singulier/pluriel.

A partir de consignes d’écriture élaborées, on incitera les participants à alterner les points de vue (interne => « je »)/externe => « il, elle »), permettant ainsi d’alterner subjectivité/objectivité, implication/distanciation.

Public: Toute personne aimant et souhaitant écrire, ayant déjà une pratique ou non
Nombre de participants: De 8 à 10 personnes maximum
Tarifs: 120 Euros par personne pour le cycle complet  à régler à l'inscription
Inscription : atelierailleurs@gmail.com
Animateur: Hyacinthe KOUGNIAZONDE - Tél: 0643861052


















sdfg